1. Médias
  2. Ça brille

Ça brille

Publié par APDA

le 25/10/2011

46 vues

Échelle du sujet : non renseignée

Description

Les premiers essais de l’éclairage au gaz remontent au début du XIXe siècle, de même que les premiers réseaux de distribution (quartiers et avenues de prestige). Après Londres qui éclaire dès décembre 1813 le pont de Westminster, grâce à la première usine à gaz, Bruxelles s’équipe progressivement à partir de 1819 pour devenir en 1825, la première ville d’Europe entièrement éclairée au gaz1.

Avec la révolution industrielle, le développement des villes et des échanges créent les besoins d’une extension et d’une gestion édilitaire des éclairages. Ceux-ci répondent à plusieurs objectifs : sécuriser les espaces urbains, permettre l’accroissement de la circulation et décorer les espaces les plus prestigieux (avenues centrales, gares, parcs et espaces d’expositions, ...). La lumière dans l’espace collectif présente un faste certain et les modèles de lampadaires ou de suspensions s’inspirent des luminaires de théâtres, de vestibules et de salons ; simultanément, le gaz révolutionne (tel que le montrent les peintures de Turner) l’éclairage des salles de fêtes et des cafés et favorise certainement le travail de nuit : c’est toute la vie urbaine qui voit ses cycles modifiés, prolongés, intensifiés.

À partir de la fin du XIXe siècle, l’éclairage public - déjà banalisé avec le bec de gaz - évolue avec les premières sources électriques : la lampe à arc permet l’éclairage de grandes avenues ou ronds-points et des illuminations urbaines spectaculaires. Les sources électriques ne supplantent le gaz que progressivement, avec l’invention de l’ampoule à filament et des sources à décharge. Simultanément, les architectes (Art déco et fonctionnalistes principalement) s’emparent des effets de la lumière artificielle, surtout pour l’expression de grandes verrières (grands magasins, cinémas, garages automobiles, ...), de la publicité ("néons") ou des pavillons d’exposition.

L’utilisation intensive de la voiture va dominer l’évolution de l’éclairage public à partir des années 1950 qui voient apparaître des normes photométriques, des systèmes d’éclairage hiérarchisés, une grande extension hors ville des voiries éclairées et des sources à décharge au sodium de plus en plus efficaces et puissantes.

L’éclairage urbain se renforce (en termes de niveaux et d’uniformité photométriques) dans ce créneau technologique ; le tourisme, le folklore, les traditions (feux d’artifices), les spectacles de rue entraînent en outre le développement d’illuminations permanentes (sites et bâtiments) ou occasionnelles (fêtes urbaines).

À partir des années 1980, l’éclairage public se voit intégré parmi les outils de mise en valeur des villes et du patrimoine, en particulier sous l’impulsion du Plan lumière de la Ville de Lyon (initié en 1989).

Simultanément, il intervient parmi les outils de revitalisation de territoires : noyaux commerciaux et touristiques, centres historiques, quartiers périurbains. Des thèmes nouveaux - sécurité des piétons, des cyclistes, agrément, intégration esthétique - complexifient le domaine et les normes, dont la circulation des voitures n’est plus le seul objet et suscitent de nouvelles typologies d’éclairages (par exemple : éclairage indirect, éclairage à deux nappes de hauteur, ...). (source wikipedia)

Tags de l’auteur